Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
aprender el español es fácil

aprender el español es fácil

Publier et partager des séquences de travail para enseñar el español

¿Quién soy ? Los niños desaparecidos durante la dictadura argentina

“Dentro de seis meses cumplirás 19 años. Habrás nacido algún día de octubre de 1976 en un campo de concentración. Poco antes o poco después de tu nacimiento, el mismo mes y año, asesinaron a tu padre de un tiro en la nuca disparado a menos de medio metro de distancia. El estaba inerme y lo asesinó un comando militar, tal vez el mismo que lo secuestró con tu madre el 24 de agosto en Buenos Aires y los llevó al campo de concentración Automotores Orletti que funcionaba en pleno Floresta y los militares habían bautizado “el Jardín”. Tu padre se llamaba Marcelo. Tu madre, Claudia. Los dos tenían 20 años y vos, siete meses en el vientre materno cuando eso ocurrió. A ella la trasladaron -y a vos con ella- cuando estuvo a punto de parir. Debe haber dado a luz solita, bajo la mirada de algún médico cómplice de la dictadura militar. Te sacaron entonces de su lado y fuiste a parar -así era casi siempre- a manos de una pareja estéril de marido militar o policía, o juez, o periodista amigo de policía o militar. Había entonces una lista de espera siniestra para cada campo de concentración: Los anotados esperaban quedarse con el hijo robado a las prisioneras que parían y, con alguna excepción, eran asesinadas inmediatamente después. Han pasado 12 años desde que los militares dejaron el gobierno y nada se sabe de tu madre. En cambio, en un tambor de grasa de 200 litros que los militares rellenaron con cemento y arena y arrojaron al Río San Fernando, se encontraron los restos de tu padre 13 años después. Está enterrado en La Tablada. Al menos hay con él esa certeza.

Me resulta muy extraño hablarte de mis hijos como tus padres que no fueron. No sé si sos varón o mujer. Sé que naciste. Me lo aseguró el padre Fiorello Cavalli, de la Secretaría de Estado del Vaticano, en febrero de 1978. Desde entonces me pregunto cuál ha sido tu destino. Me asaltan ideas contrarias. Por un lado, siempre me repugna la posibilidad de que llamaras “papá” a un militar o policía ladrón de vos, o a un amigo de los asesinos de tus padres. Por otro lado, siempre quise que, cualquiera hubiese sido el hogar al fuiste a parar, te criaran y educaran bien y te quisieran mucho. Sin embargo, nunca dejé de pensar que, aún así, algún agujero o falla tenía que haber en el amor que te tuvieran, no tanto porque tus padres de hoy no son los biológicos -como se dice-, sino por el hecho de que alguna conciencia tendrán ellos de tu historia y de como se apoderaron de tu historia y la falsificaron. Imagino que te han mentido mucho.

También pensé todos estos años en que hacer si te encontraba: si arrancarte del hogar que tenías o hablar con tus padres adoptivos para establecer un acuerdo que me permitiera verte y acompañarte, siempre sobre la base de que supieras vos quién eras y de dónde venías. El dilema se reiteraba cada vez -y fueron varias- que asomaba la posibilidad de que las Abuelas de Plaza de Mayo te hubieran encontrado. Se reiteraba de manera diferente, según tu edad en cada momento. Me preocupaba que fueras demasiado chico o chica -por ser suficientemente chico o chica- para entender lo que había pasado. Para entender lo que había pasado. Para entender por qué no eran tus padres los que creías tus padres y a lo mejor querías como a padres. Me preocupaba que padecieras así una doble herida, una suerte de hachazo en el tejido de tu subjetividad en formación. Pero ahora sos grande. Podés enterarte de quién sos y decidir después qué hacer con lo que fuiste. Ahí están las Abuelas y su banco de datos sanguíneos que permiten determinar con precisión científica el origen de hijos de desaparecidos. Tu origen.

Ahora tenés casi la edad de tus padres cuando los mataron y pronto serás mayor que ellos. Ellos se quedaron en los 20 años para siempre. Soñaban mucho con vos y con un mundo más habitable para vos. Me gustaría hablarte de ellos y que me hables de vos. Para reconocer en vos a mi hijo y para que reconozcas en mí lo que de tu padre tengo: los dos somos huérfanos de él. Para reparar de algún modo ese corte brutal o silencio que en la carne de la familia perpetró la dictadura militar. Para darte tu historia, no para apartarte de lo que no te quieras apartar. Ya sos grande, dije.

Los sueños de Marcelo y Claudia no se han cumplido todavía. Menos vos, que naciste y estás quién sabe dónde ni con quién. Tal vez tengas los ojos verdegrises de mi hijo o los ojos color castaño de su mujer, que poseían un brillo especial y tierno y pícaro. Quién sabe como serás si sos varón. Quién sabe cómo serás si sos mujer. A lo mejor podés salir de ese misterio para entrar en otro: el del encuentro con un abuelo que te espera.

Cet atelier est le résultat d’un projet de travail et de réflexion collectif mené en 2011 par Samira Guyot-Mouquère, Nicolas Larue, Alexandra Lopez, Valérie Péan et Muriel Renard. Il a fait l’objet de plusieurs mises en pratique dans des classes de lycées, d’Université et au Secteur Langues à Vénissieux ce qui nous a amené à faire un certain nombre de réajustements. La version publiée ici est la dernière version expérimentée dans les classes de Valérie Péan et de Muriel Renard. Il s’agit d’un atelier sur les liens entre l’Histoire collective et l’histoire individuelle en Argentine pendant la période de la dictature militaire (1976-1983). Il s’adresse à un niveau B1- B2 et pose la question de l’identité des enfants de disparus pendant les dictatures du cône sud de l’Amérique latine (Argentine, Chili, Uruguay, Paraguay) et celle de leur appropriation par des familles proches du pouvoir. Par l’enchaînement et l’articulation des étapes et des activités, les apprenants peuvent mieux cerner une réalité dans toute sa complexité –politique, sociale et individuelle–. Ils construisent et reconstruisent du sens tout en développant leur autonomie langagière et se rendent compte que l’Histoire n’est pas seulement une succession de dates et de faits mais qu’elle met également en jeu des idées et des histoires individuelles. Phase 1 : Faire émerger et construire un contexte 55 min 1ère étape : Prendre des repères dans l’Histoire 20 min L’enseignant fait tirer au sort une photo par élève et donne la consigne suivante : Consigne individuelle : Qu’est-ce que cette photo évoque, quelles questions vous suggère-telle ? 1 2 min Puis on opère un regroupement des élèves en fonction du numéro apposé au dos de chaque photo par l’enseignant. 8 min Consigne de groupe : Vous allez échanger vos idées et les organiser, vous aurez à présenter oralement votre travail à la classe. 1 Les consignes pour faciliter la lecture des non hispanistes sont données ici en français, mais en classe elles sont données en langue cible. 2 L’enseignant organise ensuite la mise en commun classe en veillant à la circulation de la parole. 10 min Pour cette phase, l’enseignant a prévu des photos communes ou d’une thématique proche pour chaque groupe et qui permettent de donner une vision globale du contexte en présentant la violence militaire et les manifestations des grand-mères de la place de Mai. L’idéal est d’avoir des groupes de quatre élèves dans lesquels il y a deux photos différentes (en doublon) numérotées au dos afin de permettre un regroupement. Par exemple, les groupes peuvent se composer comme suit 2 : Groupe 1 : des militaires dans les rues Groupe 2 : d’autres vues, avec des civils arrêtés par des militaires Groupe 3 : des grand-mères de la place de Mai en train de manifester Groupe 4 : d’autres manifestants en plan plus large, avec des banderoles. Groupe 5 : un monument officiel de l’armée tagué par l’association H.I.J.O.S. Pour la mise en commun, l’enseignant affiche sur une partie du tableau l’ensemble des photos (en un seul exemplaire) pour que les élèves aient une vue d’ensemble et découvrent les photos des autres groupes. Par ailleurs, sur l’autre partie du tableau, il projette les photos une à une suivant l’ordre qu’il a défini (celui des cinq groupes). Chaque groupe intervient tour à tour, l’enseignant note au fur et à mesure les idées énoncées sur un paper board sur deux colonnes. Il fait aussi préciser les idées, il relance pour avoir des réponses plus explicites et complètes.  Voici quelques exemples d’interventions en classe de 1ère et de relances de la part de l’enseignant : Cela évoque Questions Elève - Esta foto evoca el dolor, la tristeza. Professeur- ¿Por qué? E- Porque vemos a una mujer llorando P- ¿Qué podéis decir de esta mujer? ¿De su edad? E- Es una mujer que lleva un pañuelo blanco en la cabeza como sus compañeras, y parece tener unos 50 o 60 años. Evoca para nosotros la dominación, la dictadura y el miedo porque podemos ver a un soldado armado amenazando a un hombre en el suelo. La situación parece violenta. La guerra – el soldado – el arma. Evoca el deseo de justicia y la esperanza de volver a ver a los desaparecidos. La gente manifiesta… etc. 1 ¿Por qué el ejército arresta a la gente ? 2 ¿De qué origen son los soldados ? 3 ¿Dónde pasa la escena ? 4 ¿En qué época ? 5 ¿Quiénes son los desaparecidos y los “culpables” (évoqués sur une banderole) ? 6 ¿Cuál es la posición del estado en cuanto a este problema ? 7 ¿De qué país se trata ? 8 ¿Por qué los detenidos desaparecen ? 9 ¿Cuál es esta guerra ? 10 ¿Qué es este edificio ? 11 ¿Por qué hay inscripciones ? 12 ¿Qué significa H.I.J.O.S.? 2 Nous avons choisi ces photos sur internet par exemple sur les sites suivants : abuelas.org, 20minutos.es, elmundo.es, eluniversal.com,… 3 A ce stade, les élèves observent des documents visuels authentiques, des images fixes présentant divers aspects du contexte. L’image donne des points de repère (visuels et linguistiques –banderoles, graffitis–), enclenche la réflexion et constitue un point d’appui à l’expression. Dans les échanges au sein de chaque groupe, la consigne précise (évocation/questions) oblige à développer, à construire de la langue et à mettre en place des stratégies pour pouvoir dire et partager. L’obstacle du vocabulaire est en grande partie surmonté par les échanges entre pairs. Malgré la richesse des documents, cette phase doit rester rapide, elle vise à installer le contexte sans chercher l’exhaustivité, à mettre en appétit et à préparer la suite (la lecture d’un texte informatif sur cette période). Il ne s’agit pas seulement de décrire une image que tous ont sous les yeux (parce qu'il y a quand même de la description), mais de tirer des indices d’explication de ce que l’on voit, d’interpréter pour comprendre le contexte, pour le moment mal connu. 2ème étape : Interroger un document pour comprendre 35 min Consigne individuelle : Vous allez lire et chercher dans le texte 3 les informations vous permettant de répondre aux questions que vous vous êtes posées précédemment. 15 min Après la phase de recherche individuelle, ils échangent en groupe les informations qu’ils ont trouvées. 5 min On donne la consigne suivante : après un moment d’échange sur les informations trouvées, notez les points forts et les questions soulevés dans votre groupe. Puis lors de la mise en commun : on revient sur les points forts et les questions. 10 min Pendant toute cette phase, les affiches restent au tableau, l’enseignant veillant à numéroter les questions de la phase précédente pour faciliter le travail et la mise en commun. L’ensemble des trois affiches sera ensuite saisi et distribué comme trace écrite. C’est ici l’occasion d’une compréhension écrite à partir d’un texte informatif. Les élèves ont envie de trouver les réponses à leur propre questionnement et mettent en place un certain nombre de stratégies qu’il ne faudra pas manquer de leur faire verbaliser lors d’une phase d’analyse. La lecture du texte est ainsi active. Par ailleurs, pour permettre une construction de savoirs, l’activité pousse les élèves à chercher, à interroger les documents. La validation ne se fait pas par une intervention magistrale mais par l’entraide entre pairs. Certaines questions restées en suspens ainsi que les points de débat faciliteront les liens avec les phases suivantes, la construction du sens et la mise en cohérence de l’ensemble. 3 Annexe 1 : un exemple de texte informatif. C’est un montage d’une page sur la dictature en Argentine à partir des sites : www.me.gov.ar/efeme/24demarzo/dictadura.html http://www.taringa.net/posts/info/1492111/La-dictadura-militar-argentina.html 4 L’enseignant annonce : Grâce à votre travail sur les photos et sur le texte, vous avez un certain nombre d’éléments sur cette période, je vous propose maintenant d’aller plus loin en écoutant des témoins de cette Histoire. Phase 2 : « ¿Quién soy yo ? » 25 min Le document utilisé dans cette phase est une vidéo (« ¿Quién soy ? ») qui se trouve sur le site de las Abuelas de Mayo 4 (de la minute 0’50 jusqu’à la minute 3’40). L’enseignant annonce qu’ils vont travailler sur l’extrait d’une vidéo intitulée « ¿Quién soy yo ? » 1) Premier visionnage 5 min Consigne 1 : Vous allez observer tout ce que vous pouvez. Il s’agit d’un temps individuel qui n’est pas suivi de mise en commun afin de permettre à chacun une première observation qui peut être suivi d'un moment de réflexion individuelle : les questions que ça me pose, ce que j'ai envie de savoir…. Par cette étape préalable, l’enseignant installe un cadre respectueux de chacun, indispensable à l’activité intellectuelle. 2) Avant le deuxième visionnage, l’enseignant distribue une fiche de compréhension orale. 10 min Consigne individuelle 2: Vous allez prendre connaissance de cette fiche de CO. Vous pouvez commencer à la remplir en vous appuyant sur ce que vous savez déjà du contexte, sur le premier visionnage et en élaborant des hypothèses. Il est important que l’enseignant distribue la fiche de compréhension orale avant le deuxième visionnage. En effet, cela va permettre d’une part à chaque élève de commencer à répondre à partir de ce qu’il sait (phase 1), des hypothèses qu’il peut faire, de ses souvenirs de la première écoute et d’autre part, d’anticiper cette deuxième écoute par le repérage de ce qui lui manque, de ce qui lui pose encore problème –ce deuxième passage n’en sera que plus actif–. L’apprentissage se construit pas à pas : travail de mémorisation par la remobilisation du travail qui a précédé, travail de réflexion avec les éléments dont ils disposent déjà, mise en lien qui donne du sens à ce qu’ils font, mise en place de stratégies d’écoute efficaces (ou pas) pour la deuxième écoute – qu’il faudra verbaliser lors de l’analyse réflexive. En groupe : Vous allez échanger et vous mettre d’accord. 3) Avant le troisième visionnage : 5 min En classe entière, on fait un point, on demande à chaque groupe de dire sur quels items il y a encore un doute, ces derniers sont soumis et discutés en classe entière. S’il reste certains aspects non élucidés, on les garde en mémoire. Un dernier visionnage permet de les valider.

Les élèves sont ainsi mis en vigilance pour la dernière écoute. 4 http://www.youtube.com/watch?v=UKHahYGEgW4 5 Interroger les documents, (se) questionner... sont un outillage citoyen à construire. Ainsi, les élèves ne se contentent pas d’avoir la bonne réponse et d’attendre la correction, ils sont en activité pour apprendre à penser par eux-mêmes. 4) On termine cette phase par un moment de synthèse : 5 min Consigne : A partir de tout ce que vous savez maintenant qu’est-ce qui vous paraît important ? Quel titre pourrait-on donner à cette séquence ? Pourquoi ? (Qu’est-ce qu’on a appris ?)  Les élèves proposent par exemple : Les enfants volés L’importance de l’identité La dictature et ses conséquences sur les gens La violence de la répression, du régime dictatorial... etc. Puis on propose une réflexion sur le processus qui a rendu capable de faire cette synthèse (comment a-t-on appris). Ce bilan est nécessaire, il permet à chacun de prendre de la distance vis-à-vis de ce qu’il a fait, de faire le point en justifiant ses propositions. C’est la verbalisation qui permet l’apprentissage, cette phase d’évaluation formative (sur le comment, les moyens, les processus) est indispensable à la construction des savoirs. De plus, la synthèse, parce qu’elle oblige à verbaliser à nouveau, permet de ramener dans l’activité les élèves qui auraient décroché avant de poursuivre l’atelier. Phase 3 : Quand l’histoire individuelle rencontre l’histoire collective : “Juan Gelman, un grand-père cherche son petit-fils ou sa petite-fille” env. 2h L’enseignant annonce : Pour aller plus loin, je vous propose de lire la lettre ouverte 5 d’un grand-père qui est aussi un grand écrivain argentin, Juan Gelman. Cette lettre ouverte est adressée à son petit-fils ou à sa petite-fille né(e) en captivité, qu’il ne connaît pas, mais qu’il recherche. 1ère étape : Entrer dans le texte par des extraits 40 min L’enseignant donne des extraits du texte agrandis sous forme de bandelettes plastifiées réparties en trois groupes (avec doublons si nécessaire). Il distribue une enveloppe à chaque groupe contenant les quatre extraits du texte soit un extrait par personne. Le travail est d’abord individuel, sur un énoncé, puis les élèves échangent autour des énoncés du groupe. 5 « carta abierta a mi nieto » http://www.juangelman.net/2011/07/13/carta-abierta-a-mi-nieto/ 6 Groupe 1 Habrás nacido algún día de octubre de 1976 en un campo de concentración. Ahí están las Abuelas y su banco de datos sanguíneos que permiten determinar con precisión científica el origen de hijos de desaparecidos. Poco antes o después de tu nacimiento, el mismo mes y año, asesinaron a tu padre de un tiro en la nuca disparado a menos de medio metro de distancia. naciste y estás quién sabe dónde ni con quién. Groupe 2 Tu padre se llamaba Marcelo. Tu madre Claudia. fuiste a parar -así era casi siempre- a manos de una pareja estéril de marido militar o policía, o juez, o periodista amigo de policía o militar. no tanto porque tus padres de hoy no son biológicos -como se dice-, sino por el hecho de que alguna conciencia tendrán ellos de tu historia y la falsificaron. Imagino que te han mentido mucho. esperaban quedarse con el hijo robado a las prisioneras que parían y, con alguna excepción, eran asesinadas inmediatamente después. Groupe 3 la posibilidad de que Abuelas de Plaza de Mayo te hubieran encontrado. Ahora tenés casi la edad de tus padres cuando los mataron y pronto serás mayor que ellos. Ellos se quedaron en los 20 años para siempre. ese corte brutal o silencio que en la carne de la familia perpetró la dictadura militar. me repugnó la posibilidad de que llamaras "papá" a un militar o policía ladrón de vos, o a un amigo de los asesinos de tus padres. Nous avons choisi de sélectionner et de regrouper ces extraits de façon à ce que, dans chaque groupe, l’ensemble sélectionné soit cohérent tout en laissant un manque qui sera comblé lors de la mise en commun par l’intervention des autres groupes. On dispose au milieu de la table les 4 énoncés et chaque élève en prend un en responsabilité. Consigne individuelle : Vous allez prendre connaissance de votre extrait et voir en quoi il fait écho à ce que vous savez. 5 min En groupe ils échangent, s’explicitent les énoncés. 15 min Consigne : De quelles informations disposez-vous sur le contenu du texte et quelles sont les informations supplémentaires que vous souhaiteriez avoir ? Passage à l’oral : 20 min Chaque groupe formule ses questions et les groupes qui pensent détenir des éléments de réponse interviennent, après concertation, pour les apporter. Le texte de Juan Gelman est un texte très littéraire, avec des tournures poétiques et des images 6 qui ne sont pas toujours compréhensibles pour des élèves de niveau B1 ou B2. Cette première étape, grâce aux fragments choisis avec soin, permet de faciliter l’entrée dans le texte car elle met l’accent sur des éléments clés pour l’accès au sens, qui font par ailleurs écho à des aspects que les élèves ont déjà travaillés et abordés dans les phases antérieures. Grâce à cet étayage, ce travail ne leur semble pas hors de portée et ils pourront, dans la deuxième étape, effectuer une lecture plus approfondie du texte complet, ayant déjà entre les mains de nombreux indices de compréhension. 6 “ […] una doble herida, una suerte de hachazo en el tejido de tu subjetividad en formación. Pero ahora sos grande. Podés enterarte de quién sos y decidir después qué hacer con lo que fuiste.” “ […] une double blessure, une sorte de coup de hache dans le tissu de ton identité en formation. Mais maintenant, tu es grand. Tu peux apprendre qui tu es et décider ensuite quoi faire de ce que tu as été. ” 7 2ème étape : approfondir, accéder à l’implicite 70 min L’enseignant propose aux élèves d’approfondir le point de vue du grand-père et du petit-fils, pour cela il partage la classe en deux groupes (A et B) eux-mêmes divisés en sous-groupe de 4 élèves chacun (donc il y aura des doublons). Individuellement 20 min Consigne A : Repérer dans le texte les éléments d’information sur la démarche du grand-père. Vous aurez à mettre en lien ces éléments pour en tirer des conclusions. Consigne B : Repérer dans le texte les éléments d’information sur la question de l’identité du petit-fils. Vous aurez à mettre en lien ces éléments pour en tirer des conclusions. Regroupement 20 min Chaque groupe dispose d’un tableau à compléter (voir ci-dessous quelques exemples en classe de 1ère ES). Groupe A : Le grand-père Lo que sabe Sus interrogaciones Su dilema/ Sus sentimientos Sabe que tiene 19 años y que nació en octubre de 1976. Conoce a sus padres, Claudia y Marcelo. Sabe cómo murió su padre. No sabe cómo es físicamente. No sabe quiénes son los padres apropiadores de su nieto. No sabe si es varón o mujer. Le repugna la idea de que el nieto llame papá a un amigo de los asesinos de sus padres. Piensa que es posible que sus padres apropiadores lo hayan educado bien y lo quieran mucho. Quiere hablar con su nieto de sus padres biológicos. Groupe B : Le petit-fils ¿lo que pasó?¿de qué se entera? Reacciones o interrogaciones posibles Sus padres de hoy no son biológicos. Su padre fue asesinado. El nieto fue apropiado por una familia militar. Nació en octubre de 1976 en un campo de concentración donde sus padres fueron detenidos. A lo mejor todavía no sabe que sus padres no son sus padres biológicos. Para él, es difícil saber quién es ¿Quiénes son sus padres biológicos? 8 L’enseignant donne aussi la consigne de travail de groupe suivante : Consigne groupe A : Vous êtes Juan Gelman, vous présentez votre lettre ouverte au rédacteur en chef de l’hebdomadaire Brecha pour qu’il la publie dans son prochain numéro. Vous préparez les deux rôles, celui de l’auteur et celui du rédacteur à partir des informations que vous avez trouvées dans le texte. Consigne groupe B : Après la lecture de la lettre ouverte dans Brecha, vous pensez que vous pourriez être le petitfils de Juan Gelman, vous partagez vos réactions et vos doutes avec votre meilleur ami. Vous préparez les deux rôles à partir des informations que vous avez trouvées dans le texte. Mise en commun : 15 min Passage à l’oral des dialogues par tirage au sort. Dans la mesure où plusieurs groupes ont préparé les mêmes dialogues l’enseignant choisit les deux personnages dans deux groupes différents. Dans deux groupes A, il tire au sort un journaliste et un « Juan Gelman » ; dans deux groupes B, il tire au sort un petit-fils possible et son ami. Bilan avant de passer à la phase suivante : 15 min Est-ce que vous avez encore des questions sur ce texte ou sur l’histoire personnelle de Juan Gelman ? Certains élèves se demandent quelle est la situation de ces enfants-là et, de façon récurrente, si Juan Gelman a retrouvé son petit fils (petite fille). Visionnage d’une vidéo de RTVE sur Juan Gelman dans laquelle sont évoquées sa vie et ses retrouvailles avec sa petite fille 7 . On fait rapidement un point de compréhension globale : qu’est-ce que vous avez appris de plus? Phase 4 : Un colloque sur les disparus des dictatures du cône sud 1h15 min Consigne : Vous êtes invités à participer à un colloque sur les disparus des dictatures du cône sud. Vous préparez votre intervention à partir de ce que vous savez et des documents à votre disposition dans les dossiers.8 7 http://www.rtve.es/alacarta/videos/programa/juan-gelman-vida-poeta-comprometido/47472/ 8 On trouve par exemple : G1 quelques biographies de Juan Gelman, un témoignage de sa petite fille, des articles sur l’engagement de Gelman. G2 des articles ou des documents sur l’histoire de la dictature en Argentine, la mémoire historique, la coupe du monde, le contexte international et le sort de Videla et des généraux. G3 des articles sur l’engagement du mouvement, ses symboles (la place de Mai, le foulard blanc) son histoire et son rôle dans l’évolution de la loi. G4 des articles sur les aspects légaux, subjectifs et éthiques du le droit à l’identité, des témoignages 9 Lors de la première phase individuelle rapide, chacun fait le point sur sa consigne (afin de la comprendre), puis sur ce qu’il sait et qu’il peut réinvestir. Consignes : G1 : vous êtes un journaliste écrivain qui a écrit sur le cas « Juan Gelman »… vous évoquez sa vie d’intellectuel, la perte de son fils et de sa belle fille, la recherche et les retrouvailles avec sa petite fille. G2 : vous êtes un historien, vous présentez le contexte national et international en relation avec la question des disparus. G3 : vous êtes un militant de l’association Abuelas, vous évoquez votre implication, votre engagement dans l’association (ce que vous faites, comment, pourquoi vous militez...) G4 : vous êtes un spécialiste de la question de l’identité, vous évoquez la question de la construction de l’identité dans ce contexte et les relations de ces enfants avec leurs familles (familles biologiques et familles usurpatrices). Dans un deuxième temps en groupe, ils mettent en commun leurs idées qu’ils complètent par la lecture de dossiers. L’enseignant explique (si c’est la première fois que les élèves travaillent sur des dossiers) : pour étoffer vos arguments, vous avez à votre disposition des dossiers sur le thème / le point de vue que vous avez à défendre. Mais comme il y a beaucoup de documents à lire, vous devez vous répartir la lecture et prendre des notes pour être capable de rendre compte de ce que vous avez lu aux autres membres de votre groupe. Les élèves ont 25 min pour se répartir la lecture du dossier et mettre en commun leurs informations afin de préparer le colloque. Ils ont ensuite 5 min d’entraînement pendant lesquelles tous les membres du groupe se préparent à intervenir (ils ne savent pas encore qui va être le rapporteur). Après ce premier temps d’entraînement, l’enseignant tire au sort le rapporteur dans chaque groupe et lui laisse 5 min d’entraînement supplémentaires avec l’aide des autres membres de son groupe afin qu’il se prépare à intervenir. Enfin, les rapporteurs se mettent en cercle autour d’une table ronde (deux tables jointes), c’est l’enseignant qui est l’animateur du colloque car il est le seul à pouvoir relancer les interventions, c’est lui qui introduit et conclut l’ensemble ; le colloque dure environ 20 min. Exemple d’introduction du colloque en classe de 1ère ES: « Bienvenue à notre colloque sur « L’Argentine : de nombreuses histoires individuelles, une histoire collective », et pour débattre avec nous aujourd’hui, nous recevons plusieurs invités. Peut-être pourrions-nous commencer par vous, …, qui êtes historien et qui pouvez nous donner des éléments concrets pour mieux comprendre le contexte… » Le public présent dans la salle peut aussi intervenir sous forme de questions, de demandes de précisions ou d’apport d’informations supplémentaires. 10 Phase 5 : Analyse 30 min 1ère étape : synthèse / bilan Consigne : Vous allez tirer au sort un sentiment, un ressenti ou bien une notion. Vous allez chercher dans tout ce que l’on a fait ce qui fait écho, ce qui peut être mis en relation, l’expliciter à partir de tout ce que vous avez appris. Chaque élève tire au sort une étiquette avec une notion (cf liste ci-après) 1. la cólera (la colère) 2. la esperanza (l’espoir) 3. el amor (l’amour) 4. la falsificación (la falsification) 5. la identidad (l’identité) 6. la hipocresía (l’hypocrisie) 7. el silencio (le silence) 8. los crímenes de lesa humanidad (les crimes contre l’humanité) 9. la lucha (le combat/la lutte) Mise en commun : Chacun dit l’expression qu’il a tirée au sort et argumente en quelques mots. 2ème étape : individuelle Ce qu’on a appris ? Comment on l’a appris ? Ce qui a gêné ? Ce qui a aidé l’apprentissage ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article