Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
aprender el español es fácil

aprender el español es fácil

Publier et partager des séquences de travail para enseñar el español

L'oral en situation d'interaction

L'oral en situation d'interaction

L'oral en situation d'interaction

Cet article explique pourquoi et comment mettre en place des situationsd’interaction orale. Il est complété par des exemples concrets d’activités.
Article rédigé par Gilles Delmote, conseiller pédagogique LVE, dans le cadre des travaux du groupe départemental langues vivantes du Gard impulsés par Marcel Lotito, IEN.

L’intérêt de l’interaction dans le processus d’apprentissage

Le déroulement d’une séance de langue vivante à l’école primaire a pour finalité de donner à l’élève lacapacité de comprendre et de s’exprimer simplement sur des sujets qui lui sont familiers. Orl’apprentissage d’un lexique ne suffit pas à susciter l’expression, à franchir ce cap essentiel pourl’apprenant qui est celui de se lancer, d’oser communiquer par le biais d’une langue qu’il ne maîtrise pas. Encore faut-il donner à l’enfant les moyens de s’approprier ce lexique en l’utilisant dans un contexteporteur de sens à ses yeux. Cette appropriation passe nécessairement par l’emploi de formulations, de structures syntaxiques permettant l’exploitation du lexique appris. C’est dans cet esprit que sont
organisés les tableaux d’activités langagières présentés dans les programmes de langues étrangères pour l’école primaire de 20071 cités en référence dans les nouveaux programmes de 20082.

Mais si pour communiquer, l’association lexique/formulation est une nécessité, le temps consacré à des activités au cours desquelles on met l’élève en situation de production est souvent insuffisant, voire inexistant. Soit l’enseignant est convaincu que ses élèves ne possèdent pas un niveau suffisant, soit les dispositifs mis en place ont posé des problèmes de gestion du groupe classe, n’ont pas été productifs et ont finalement été abandonnés. L’échange en forme de va-et-vient entre l’enseignant et un seul élève à la fois est donc, trop souvent encore, l’unique occasion pour le jeune apprenant de produire – ou plus exactement de re-produire – un discours par ailleurs trop cadré. Il en résulte un temps d’exposition à la langue trop court et une absence de pratique véritable de la langue.

Les activités qui suivent n’ont pas pour but de faire découvrir tels ou tels champs lexicaux, pas plus qu’elles n’introduisent de nouvelles structures de phrase. Ces moments correspondent à une phase de découverte qui est généralement bien maîtrisée par les enseignants. Il ne s’agit pas non plus d’activités centrées sur la mémorisation du vocabulaire et des formulations, même si cette phase de séance très importante mériterait à elle seule d’être développée.
Ce qui suit a pour but de proposer des situations d’interaction orale à partir de ce qui vient d’être découvert et mémorisé par les élèves. Il s’agit de donner les moyens à l’enseignant de mettre l’ensemble des enfants de la classe en situation de produire un discours simple3 mais non défini à l’avance. Ce que dira l’élève dépendra de ce qu’on lui aura demandé ou du choix qu’il aura fait parmi plusieurs options proposées. C’est à cette condition que l’on peut parler d’interaction et c’est là que réside son intérêt.
En matière d’activités langagières, l’interaction ne se limite pas en effet à une simple addition de la compréhension et de la production orales4, elle introduit, y compris au niveau du primaire, l’anticipation, la planification et surtout la motivation qui aideront plus tard l’élève à construire un discours, à le rendre cohérent.

1 B.O. hors-série n° 8 du 30 août 2007- www.education.gouv.fr/bo/2007/hs8/default.htm
2 B.O. n°3 du 19 juin 2008 - www.education.gouv.fr/bo/2008/hs3/default.htm
3 On vise ici le niveau A1 (voir le descriptif dans le B.O. du 30 août 2007).
4 Pour approfondir cette question, lire le CECRL, notamment les points 2.1.3, 4.4.3.et 4.5.
2.3.

Les activités d'interaction orale

Chaque exercice qui suit concerne l’activité langagière « Comprendre, réagir et parler en interaction orale »5. Proposer cette activité langagière nécessite, lors de phases de découverte et de mémorisation, la pratique d’exercices sur les deux autres activités langagières liées à l’oral : la compréhension et la production orales.
Trois dispositifs différents peuvent être proposés de manière à adapter les exercices aux contraintes spécifiques de la classe (mobilier, aptitude des élèves à travailler ensemble, à se déplacer dans la classe, etc.). Il sera ainsi possible, selon les cas, de faire travailler les enfants individuellement, par binômes ou par groupes, le souci étant de faire en sorte que tous les élèves s’expriment simultanément.
Pour chaque dispositif, le principe reste le même quelle que soit la formulation travaillée :
- individuellement : soit les enfants doivent chercher auprès de leurs camarades des informations afin de remplir un tableau ; soit ils sont partagés en deux groupes. Chaque élève d’un groupe reçoit alors une carte contenant certaines informations et devra trouver celui, ou celle qui dans l’autre groupe possède la même carte ;
- par binômes : il s’agit de se poser mutuellement des questions et d’y répondre afin de retrouver le premier les bonnes informations retenues par son partenaire ;
- par groupes : il faut compléter son tableau ou son plan en posant des questions à ses camarades.
Les objectifs indiqués sont à la fois d’ordre quantitatif – la participation de l’ensemble des enfants pour une imprégnation à la langue plus importante – et qualitatif – tendre vers l’autonomie en production orale grâce à une appropriation des structures de phrase (formulations) et à une liberté de choix dans le contenu des messages à produire (lexique) dans un contexte donné. Les formulations utilisées et les champs lexicaux abordés à l’occasion de ces activités ne seront toutefois définitivement acquis que si les phases de rebrassage ultérieures les reprennent de manière régulière.

Les supports illustrant les activités peuvent être utilisés tels quels. Mais ce sont surtout des pistes pouvant servir de base pour la production rapide d’autres supports plus adaptés à vos propres progressions.

5 À l’exception des formulations qui peuvent se travailler lors des rituels, toutes celles mentionnées dans les programmes de 2007 sont reprises ici.

Exemples d'activités

Les activités proposées ci-dessous entraîneront les élèves à répondre à des questions et en poser sur des sujets familiers.
La première permet de travailler le lexique des couleurs, des nombres et des formes. En savoir plus
La seconde porte sur le lexique des animaux. En savoir plus
D'autres exemples d'activités d'interaction orale viendront compléter ce dossier dans les mois à venir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article